QIPCO Prix du Jockey Club :
Rockemperor et l’entraîneur Simone Brogi dans la cour des grands

02/06/2019

Un cheval fait l’unanimité au départ de ce QIPCO Prix du Jockey Club. Il s’élancera avec le statut de grand favori et se nomme Persian King. Ce poulain, propriété de Godolphin SNC et Ballymore Thoroughbred Ltd, vient de remporter The Emirates Poule d’Essai des Poulains, et tentera donc un doublé classique réussi avant lui par Shamardal (2005), Lope de Vega (2010) et récemment, Brametot (2017). Mais derrière ce pensionnaire d’André Fabre, les possibilités sont multiples, et nombreux sont ceux qui peuvent rêver à un bon classement… voire à la victoire.
 
Rockemperor est entraîné par le benjamin de l’épreuve, Simone Brogi. Cet Italien de naissance s’est installé en France en 2015, à l’âge de 28 ans, après avoir été pendant quelques années l’assistant du célèbre entraîneur Jean-Claude Rouget, qui délèguera quant à lui deux partants dans ce grand prix dimanche à Chantilly.
 
Simone Brogi, dont le père a aussi été entraîneur en Italie, est basé à Pau. Avec Rockemperor, deuxième du Prix La Force (Groupe 3), l’une des préparatoires au QIPCO Jockey Club, il selle un premier partant dans ce classique, et pas sans chance !

Le professionnel a déniché ce poulain à la breeze up Arqana (vente de 2ans montés), pour seulement 12.000 €. Quel chemin parcouru depuis ! Au point que Rockemperor a tapé dans l’œil d’investisseurs américains. Il disputera dimanche sa dernière course en France, avant de traverser l’Atlantique. Un grand moment aussi pour ses propriétaires, Claudine Escoubet, Jérôme Vallier, Pierre Beziat et la Scuderia Scolari.
 
Simone Brogi s’est confié : « Il a beaucoup plu à Pau récemment, mais la préparation de Rockemperor n’a pas été perturbée grâce à l’aide précieuse de la Société des courses de Pau. Lors de son essai au niveau Groupe, le cheval a fait bonne impression. Ce lot s’est révélé de qualité, même si mon pensionnaire bénéficiait de l’avantage de ses deux sorties, alors que les autres effectuaient leur rentrée. Mais l’impression visuelle était bonne. Rockemperor a donc le droit de courir dans le QIPCO Prix du Jockey Club et de défendre sa chance. La distance ne devrait pas être un problème. C’est un cheval de bon terrain, des conditions qu’il va trouver dimanche. Le jockey Ioritz Mendizabal l’a monté lors de ses dernières sorties et de ses travaux. Il sera en selle ce dimanche. »