Les partants de la 100e édition du Qatar Prix de l’Arc de Triomphe 2021

30/09/2021
PARISLONGCHAMP, DIMANCHE 3 OCTOBRE 2021
QATAR PRIX DE L'ARC DE TRIOMPHE

 
UNE 100e ÉDITION DÉJÀ LÉGENDAIRE !
 
Retrouvez dans ce communiqué les informations sur la 100e édition du Qatar Prix de l’Arc de Triomphe : citations des entraineurs, focus sur des entourages de partants.
 
 
LES ENJEUX DE CETTE EDITION DU QATAR PRIX DE L’ARC DE TRIOMPHE
 
Un défi légendaire qui célèbrera sa 100e édition
 
2 400 mètres. 2 minutes 30 d’effort. 5 millions d’euros d’allocations. Une diffusion en direct dans 60 pays. Des champions venus du monde entier.  Et un gagnant, qui rentrera dans l’histoire comme le 100e du Qatar Prix de l’Arc de Triomphe… C’est le spectacle qui attend le public le dimanche 3 octobre à ParisLongchamp.

Le Qatar Prix de l’Arc de Triomphe est la plus grande course hippique au monde. C’est LA course qui fait rêver les fans comme les entraîneurs, les jockeys comme les propriétaires… L’édition 2021 s’annonce exceptionnelle : c’est tout simplement la 100e fois que l’on courra le Qatar Prix de l’Arc de Triomphe.
 
Le plateau est à la hauteur de l’événement. Le Qatar Prix de l’Arc de Triomphe, c’est avant tout un match entre la jeune génération (les pur-sang de 3 ans, arrivant à l’automne au sommet de leur forme, mais avec encore de l’expérience à prendre) et les chevaux de 4 ans et plus, bien plus aguerris.
 
Une jeune génération ambitieuse
 
Cette année, les deux meilleurs poulains de 3 ans européens ont répondu présent. Tous deux entraînés à Newmarket (Angleterre) par Charlie Appleby pour le compte du cheikh Mohammed Al Maktoum, l’émir de Dubai, Adayar et Hurricane Lane ont dominé leur génération. Le premier a gagné le prestigieux Derby d’Epsom, dont le second prenait la troisième place.
 
Adayar a été ensuite le premier cheval depuis vingt ans à réaliser le doublé Derby d’Epsom - King George VI and Queen Elizabeth Stakes (considéré comme « l’Arc anglais »). Hurricane Lane a brillé à ParisLongchamp dans le Grand Prix de Paris, puis a remporté le St Leger sur la distance de 2 850 mètres. Un vrai test de tenue… oui, mais voilà : aucun gagnant du St Leger n’a ensuite remporté la même année le Qatar Prix de l’Arc de Triomphe !
 
Des femelles au top-niveau
 
Les deux mousquetaires n’ont pas gagné d’avance, car se dressent face à eux des femelles de grand talent. Il y a d’abord Tarnawa, la princesse de Son Altesse l’Aga Khan, désormais âgée de 5 ans et gardée à l’entraînement (à cet âge, les juments ont habituellement rejoint le haras pour transmettre leur précieux patrimoine génétique), entraînée en Irlande par Dermot Weld et pilotée par Christophe Soumillon, déjà deux fois lauréat de l’Arc pour la casaque princière.

Également en provenance d’Irlande, Love et Snowfall, entraînées par Aidan O’Brien pour la puissance Coolmore, ont également des titres à faire valoir, même si les deux restent sur des échecs.
 
Enfin, arrivée tout droit du Japon, Chrono Genesis est une star dans son pays où elle a gagné pas moins de quatre Groupes 1 (le plus haut niveau de course). Elle aura derrière elle tout un peuple qui rêve de cette course depuis 1969, l’année où un concurrent japonais a tenté la première fois l’aventure…
 
La France en embuscade

 
La France aura cette année le statut d’outsider. Elle est pourtant la tenante du titre grâce à Sottsass, préparé à Deauville par Jean-Claude Rouget et piloté par Cristian Demuro.
 
Quatre représentants de l’entraînement tricolore seront au départ. Trois poulains de 3 ans vont relever le défi : Sealiway, deuxième du Qatar Prix du Jockey Club en juin mais qui n’a pas couru depuis ; Bubble Gift et Baby Rider, séparés par le plus court des nez dans le Qatar Prix Niel, la préparatoire au Qatar Prix de l’Arc de Triomphe réservée à leur génération.
 
Cinquième l’an passé, la pouliche Raabihah tentera de faire mieux cette année (elle est désormais âgée de 4 ans) et de mettre de nouveau à l’honneur Jean-Claude Rouget et la monte de Cristian Demuro…
 
 
PREVISION ETAT DU TERRAIN :
 
VERS UN TERRAIN TRÈS SOUPLE
 
Matthieu Vincent, Directeur des hippodromes et des centres d’entraînement à France Galop, a indiqué mercredi concernant le terrain :
 
« Il n’est pas simple de savoir réellement comment sera le terrain. Depuis quelques jours, nous avons basculé rapidement vers un temps automnal. Mercredi, le terrain a été mesuré à 3,5 au pénétromètre à ParisLongchamp. Néanmoins, la pluie devrait tomber dans une quantité difficile à chiffrer de vendredi à dimanche. Nous nous dirigeons probablement, donc, vers un terrain très souple. Samedi, une lice sera posée à 17 mètres dans la ligne droite et elle sera ensuite enlevée le soir-même. Dimanche, un open-stretch à 6 mètres sera placé à 450 mètres du poteau d’arrivée. La dernière tonte sera effectuée vendredi. Côté corde, la piste sera neuve pour la réunion dominicale du Qatar Prix de l’Arc de Triomphe (Groupe 1). »
 
 
LES ENTOURAGES S’EXPRIMENT
 
CENTRE D’ENTRAÎNEMENT DE DEAUVILLE
 
Jean-Claude Rouget (entraîneur de Raabihah)
 
« Courir l’Arc, c’est ma décision, et j’espère que je ne décevrai pas son entourage ! Je n’ai pas l’habitude de surclasser mes chevaux. Après un printemps en demi-teinte, nous avons retrouvé la pouliche durant l’été. À Clairefontaine, sa deuxième place est bonne car elle était hors distance. Elle a montré son vrai visage lors de sa victoire dans le Darley Prix de Pomone (Groupe 2). Si nous l’avons gardée à 4 ans, après sa cinquième place dans le Qatar Prix de l’Arc de Triomphe, c’est dans l’objectif de courir l’Arc en 2021 avec une chance. La semaine passée, elle a vraiment très bien travaillé, avec Cœursamba notamment. Elle ne fera pas partie des favorites dimanche, mais elle peut battre des favoris car elle a beaucoup de fraîcheur et va rencontrer des chevaux qui peuvent être fatigués. S’il pleut beaucoup, elle ne sera pas dérangée : l’an dernier, la piste était à 4,8 et sa course de l’Arc était très bonne. Elle avait été montée un peu loin, mais c’est elle qui avait fini le plus vite. »
 
Portrait détaillé pages suivantes de ce communiqué.
CENTRE D’ENTRAÎNEMENT DE CHANTILLY
 
Mikel Delzangles (entraîneur de Bubble Gift)
 
« Il manquera à Bubble Gift un peu de métier par rapport à certains, mais il ne sera pas le premier 3 ans arrivant sur l’Arc dans ce cas. C’est un cheval très maniable. Si la course va très vite, il ne galopera pas près de la tête car il est un peu froid, mais il ne faudrait pas un train trop modéré non plus. Au vu des partants annoncés, je pense que le rythme sera là. Bubble Gift est un cheval capable d’accélérer et il va dans le terrain souple. Je pense que c’est le terrain que nous allons avoir pour l’Arc. »
 
Portrait détaillé pages suivantes de ce communiqué.
 
 
CENTRE D’ENTRAÎNEMENT DE NEWMARKET (Grande-Bretagne)
 
Charlie Appleby (entraîneur de Hurricane Lane et d'Adayar)
 
« Je suis très content des deux poulains ce matin [lire dimanche, ndlr]. Adayar avait connu un contretemps avant les Arc trials. Il a manqué deux galops suite à cela et nous pensions qu’il valait mieux faire l’impasse sur le Niel. Il avait déjà gagné son ticket pour l’Arc. Depuis, il va très bien. William Buick est notre premier jockey et il a choisi Adayar : c’est toujours un signe encourageant quand vous allez sur une course, et encore plus sur un Arc. Il a le sentiment d’être associé au bon cheval. À une semaine de l’Arc, je peux dire qu’Adayar est actuellement dans la forme de sa vie en vue de la course.
 
Nous avons pensé à l’Arc pour Hurricane Lane après sa victoire dans le Grand Prix de Paris. Gagner le St Leger et l’Arc la même année n’a jamais été fait : nous avons pris notre temps avant de prendre une décision ferme tout de suite après le St Leger. J’ai l’impression que le St Leger a été la plus facile de ses trois grandes victoires [avec le Derby d’Irlande et Grand Prix de Paris, ndlr] : il a été très impressionnant à ParisLongchamp mais, du côté de son poids et de sa condition générale, nous avons l’impression qu’il est le mieux revenu du St Leger par rapport aux autres Groupes 1. Depuis Doncaster, il a fait des travaux de routine mais n’a pas eu de vrai travail jusqu’à samedi matin [lire le 25 septembre, ndlr]. James Doyle était en selle : c’était la première fois qu’il le montait. Il en était très content : le poulain se déplaçait bien, il a fait un travail à son habitude. C’est enthousiasmant de pouvoir aller sur une course comme l’Arc avec deux poulains de 3 ans ayant des profils plutôt différents. Adayar est un gagnant de Derby et de King George impressionnant, il va sur l’Arc fort de cela. Et Hurricane Lane peut créer l’histoire en devenant le premier gagnant de St Leger à remporter l’Arc. Les prévisions météorologiques annoncent de la pluie dans la semaine : cela conviendra aux deux.
»
 
 
JAPON
 
Takashi Saito (entraîneur de Chrono Genesis)
 
« Chrono Genesis est arrivée en France le 24 septembre. Le 25, elle a juste marché à l'écurie et elle a commencé à vraiment retravailler le 26. Elle avait déjà bien commencé sa préparation au Japon, elle est arrivée en France en bonne condition. Le voyage s'est très bien passé, elle est calme. Mercredi, elle a fait un galop avec Oisin Murphy, son jockey dans l'Arc. Je lui ai dit de ne pas forcer. Elle était fluide dans son mouvement, il n'y a aucune inquiétude concernant son état de forme.
 
Elle n'a pas couru depuis juin mais je n'ai pas d'inquiétude sur ce point-là. Au Japon, elle court tous les deux mois. C'est son rythme. Elle a besoin de cette période de récupération et est très bien ainsi.
 
Quand la jument a gagné l'Arima Kinen en décembre dernier, nous avons commencé à penser à l'Arc. Il y avait plusieurs routes menant à la course et nous avons fait le choix d'aller à Dubaï. L'idée était de lui donner une expérience à l'étranger, en vue de sa préparation pour l'Arc, pour savoir comment gérer le voyage. Je pense que notre déplacement en France a été facilité par cette expérience à Dubaï.
 
Je n'ai pas d'inquiétude sur le terrain. Je sais que c'est un grand débat, pour expliquer la défaite des japonais dans l'Arc. Chrono Genesis va s'adapter : elle donne le meilleur d'elle-même quelles que soient les conditions. Elle est généreuse et se donnera à 100 % dimanche. Je sais que l'opposition va être relevée mais mon travail est de l'amener à 100 % pour la course. Ce qui m'importe, c'est ma jument. J'ai une confiance totale en son jockey. C'est un honneur qu'elle soit considérée, en France, comme une belle chance pour l'Arc.
 »
 
Ryuji Okubo (entraîneur de Deep Bond)
 
« Le programme du galop ce mercredi était assez similaire à celui qui a précédé le Qatar Prix Foy : partir tranquillement et accélérer pour finir. Mickaël Barzalona, qui va le monter dimanche, avait le choix d’enclencher ou non au moment de l’accélération. J’ai pu constater que le cheval s’est vraiment bien acclimaté à Chantilly. Après le Foy, il n’a vraiment eu que deux semaines de préparation en vue de l’Arc : au Japon, c’est très rare de courir deux courses sur 2 400 mètres à trois semaines d’intervalle, mais tout va bien. Je pense qu’il fera une bonne performance, comme il l’a fait dans le Foy. Je ne savais pas vraiment ce qui allait arriver dans le Prix Foy. Nous étions très contents de gagner !
 
Je connais Mickaël Barzalona : il a monté au Japon en 2013 et a gagné une course pour moi. Honnêtement, j’ai été surpris d’apprendre qu’il était disponible pour l’Arc et, dans les circonstances, je pense que c’est le meilleur casting possible.
»
 
 
IRLANDE
 
Aidan O’Brien (entraîneur de Love, Snowfall et Broome)
 
« Tout va bien pour Snowfall. Depuis le Qatar Prix Vermeille, elle n’a pas fait de travail poussé et tout le monde est content d’elle. Sa course dans le Vermeille est bonne : elle s’est retrouvée dans une course peu rythmée en terrain rapide, c’était très différent des Oaks par exemple. Elle est battue mais nous sommes contents de l’avoir courue, cela nous a permis de voir son comportement à ParisLongchamp en bon terrain. Et il vaut probablement mieux être battu sans que tout se passe bien que d’être battu le jour J. Le Vermeille était une préparatoire pour l’Arc. Je pense qu’elle est assez indifférente à l’état du terrain. Avant Epsom, j’étais inquiet à l’idée d’un terrain souple mais je crois que, sur ce type de terrain, la tenue finit par parler. Si le terrain est souple dimanche, ce ne sera pas un problème.
 
Je pense que Love est mieux en bon terrain. Mais à 4 ans, elle devrait mieux se sortir du souple. Si le terrain venait à être vraiment lourd, alors ce serait un problème. Elle a gagné les Prince of Wales’s pour sa rentrée, nous étions très contents. Ensuite, dans les King George, il n’y a pas eu assez de rythme. Dernièrement, au Curragh, elle est battue sur le poteau par une pouliche qui recevait dix livres [La Petite Coco, ndlr] et prise en 110 de rating. Les Blandford étaient une préparatoire en vue de l’Arc : 2. 000 mètres avec tournant, c’était idéal.
 
Le plan a toujours été de garder Broome à l’entraînement cette année en vue de l’Arc. Durant la première partie de saison, il est resté sur 2 000 mètres avant de repasser sur 2 400 mètres à Saint-Cloud, où il réalisait une très bonne performance. À Ascot, dans les King George, cela ne s’est pas bien passé car il a manqué son départ et il a bien couru dans le Foy. C’est un cheval polyvalent du côté du terrain, qui a de la tenue et fait le parcours. »
 

 
PORTRAITS D’ENTOURAGES
 
DEAUVILLE (14) – L’entraîneur Jean-Claude Rouget, le tenant du titre présente Raabihah
 
Depuis 2003, il fait partie du top-trois des entraîneurs français. Mais Jean-Claude Rouget a dû attendre ses 67 ans pour remporter enfin son premier Qatar Prix de l’Arc de Triomphe ! C’était en 2020, avec Sottsass… son dixième partant dans la course !
 
Ce fils d’entraîneur s’est installé à Pau en 1978. Après avoir commencé avec des chevaux d’obstacle, il se spécialise en plat et rencontre son premier grand cheval, Millkom, en 1993. Le cheval se présentera au départ de l’édition 1994 du Qatar Prix de l’Arc de Triomphe invaincu en dix sorties, mais y subira sa première défaite.
Jean-Claude Rouget, dont les effectifs sont désormais partagés entre Pau et Deauville, a un palmarès qui force le respect : il a remporté à quatre reprises le Qatar Prix du Jockey Club et le Prix de Diane Longines, cinq fois l’Emirates Poule d’Essai des Pouliches, et deux fois l’Emirates Poule d’Essai des Poulains. Il a aussi brillé au Royaume-Uni (Coronation Stakes et Champion Stakes, à deux reprises), ainsi qu’en Irlande (Irish Champion Stakes).
 
Cette année, c’est la pouliche de 4 ans Raabihah qui défendra ses intérêts. Elle avait conclu cinquième de l’Arc l’an dernier. Elle appartient à Shadwell, l’entité fondée par le cheikh Hamdan Al Maktoum, disparu en début d’année, et reprise par l’une de ses filles, la cheikha Hissa Hamdan Al Maktoum.
 
 
CHANTILLY (60) Vainqueur de l’édition 2020, le jockey Cristian Demuro sera en selle
 
Cristian Demuro fait partie des meilleurs jockeys en activité en France, et a remporté l’an dernier le Qatar Prix de l’Arc de Triomphe, en selle sur Sottsass. Il sera à nouveau au départ en 2021.
 
Une carrière qui a débuté en Italie : Il est né en Italie en 1992. Et il a été jockey comme son père Giovanni-Battista et comme son frère aîné Mirco (actuellement l’un des meilleurs jockeys au Japon).
Cristian Demuro a commencé sa carrière en 2009 en Italie et a remporté sa première course au lendemain de son début en compétition. En 2011, il a été sacré meilleur jockey. En 2012, il a établi le record de victoires en Italie avec 264 victoires en une année. Il voyagera ensuite au Japon, aux États-Unis, en Allemagne…
 
Un tandem gagnant avec l’entraîneur Jean-Claude Rouget en France : C’est en France, à Chantilly, que Cristian Demuro posera ses valises fin 2013, alors qu’il n’a que 21 ans. Dès 2015, il deviendra le premier jockey de Gérard Augustin-Normand, l’un des plus grands propriétaires français.
Cela lui permettra de rencontrer l’entraîneur Jean-Claude Rouget, ce qui sera décisif dans la suite de sa carrière. C’est avec les chevaux de cette écurie basée à Deauville que Cristian Demuro va enchaîner les victoires dans les plus grandes courses françaises :
  • 2016 : Doublé Emirates Poule d’Essai des Pouliches et Prix de Diane Longines (les plus grandes courses françaises réservées aux pouliches de 3 ans), en selle sur La Cressonnière.
  • 2017 : Doublé Emirates Poule d’Essai des Poulains et Qatar Prix du Jockey Club avec Brametot.
  • 2018 : Emirates Poule d’Essai des Poulains avec Olmedo.
  • 2019 : Qatar Prix du Jockey Club avec Sottsass (propriété de l’Américain Peter Brant, l’un des plus grands collectionneurs d’art au monde)
 
Cristian Demuro et le Qatar Prix de l’Arc de Triomphe
 : Fort de son succès dans le Qatar Prix du Jockey Club, le poulain Sottsass s’aligne dans le Qatar Prix de l’Arc de Triomphe 2019 où il finit troisième. Son entraineur décide alors de le présenter à nouveau au départ en 2020, toujours avec Cristian Demuro en selle. Un pari gagnant. Sottsass s’impose dans le championnat du monde des pur-sang et offre ainsi un premier Arc à son jockey et à son entraîneur qui en avait rêvé tout au long de sa carrière !
 
À l’occasion de la 100e édition du Qatar Prix de l’Arc de Triomphe, Cristian Demuro pilotera Raabihah. La pouliche a conclu cinquième de la course l’an dernier, alors que Cristian était associé au lauréat, Sottsass. Et pourtant, il a avoué après la course qu’il aurait préféré monter Raabihah… avant que Jean-Claude Rouget ne le convainque de piloter Sottsass !
 
Déjà 12 Groupes 1 à son palmarès en France : À ce jour, le palmarès de Cristian Demuro est impressionnant, surtout pour un jockey aussi jeune ! Il a disputé en France 6 888 courses pour 766 victoires dont 12 Groupes 1 (le niveau d’excellence au galop). Sur l’hippodrome ParisLongchamp, il a couru 676 courses, pour 74 victoires dont trois Groupes 1.
 
 
CALAS (13) - Sealiway, le petit Poucet qui venait du Sud
 
Traditionnellement, les centres d’entraînement les plus en vue dans le Qatar Prix de l’Arc de Triomphe sont ceux de Chantilly ou de Deauville. Cette année, le poulain Sealiway défendra celui de Calas-Cabriès, situé dans les Bouches-du-Rhône, non loin d’Aix-en-Provence. C’est un vrai conte de fées que vit l’entourage de ce cheval, depuis le 12 mai 2020, date de ses débuts victorieux. Sealiway n’a fait que gravir les marches, s’imposant l’an dernier, le jour du Qatar Prix de l’Arc de Triomphe, dans le Qatar Prix Jean-Luc Lagardère (Groupe 1), devenant ainsi le meilleur mâle de 2 ans français. Cette année, il a confirmé en prenant la deuxième place du Qatar Prix du Jockey Club (Groupe 1), mais n’a plus couru depuis ce 6 juin. Ce sera donc une rentrée pour l’alezan, qui découvrira aussi la distance de 2 400 mètres. Un drôle de défi !
 
Sealiway a été élevé en Normandie par Guy Pariente. Il est issu de la troisième génération de son père, Galiway, stationné au haras de Colleville, propriété de Guy Pariente également. Engendrer un gagnant de Groupe 1 dès sa troisième génération, c’est une très grande performance pour un étalon et un sacré coup de publicité ! Si Guy Pariente a gardé la moitié du cheval, Sealiway court sous les couleurs du haras de la Gousserie, l’entité de deux frères originaires de Marseille, Kamel et Bouzid Chehboub. Le cheval est entraîné à Calas par Cédric Rossi, qui a débuté dans le trot avant de rejoindre le galop, comme son grand-père, Henri Rossi, et son père, Jacques Rossi, ancien entraîneur lui-même et actuellement président de la Société Hippique de Marseille. Cédric Rossi a déjà gagné au niveau Groupe, mais il sellera dimanche son premier partant dans le Qatar Prix de l’Arc de Triomphe. Ce sera aussi une première pour la casaque du haras de la Gousserie.
 
 
 
GOUVIEUX / CHANTILLY (60) : l’entraîneur Mikel Delzangles présente Bubble Gift au départ
 
Mikel Delzangles est né en 1971 à Biarritz. Sa mère, cavalière amateur, lui transmet sa passion des chevaux, alors que sa marraine n’est autre que la marquise de Moratalla, l’une des grandes figures des courses françaises, tant dans le propriétariat que dans l’élevage. C’est elle qui l’encourage à partir pour le Yorkshire, en Angleterre, pour se former auprès de l’entraîneur Jim Fitzgerald.
 
À son retour en France, Mikel Delzangles devient pendant dix ans l’assistant d’Alain de Royer Dupré, maître-entraîneur notamment responsable des chevaux de Son Altesse l’Aga Khan. Il décide de s’installer à son compte, à Chantilly, en 2000, avec quelques chevaux, et il a comme soutien principal la marquise de Moratalla. Son Altesse l’Aga Khan décide de lui confier également des chevaux à partir de 2008.
 
Les temps forts de sa carrière : Depuis le début de sa carrière, Mikel Delzangles a sellé 4 717 partants, enregistré 669 victoires en France. Il compte notamment 11 Groupes 1 (le niveau d’excellence du galop) à son palmarès après avoir gagné les plus grandes courses en France comme à l’international.
 
Corre Caminos lui offre une première victoire de Groupe 1 en 2006, dans le Prix Ganay. En 2010, Makfi est sacré dans les 2 000 Guinées de Newmarket, une course dite classique, dont l’objectif est de sélectionner les futurs meilleurs reproducteurs de la race du pur-sang. Remporter un classique est le Graal de tout entraîneur ! Makfi gagnera aussi le Prix du Haras de Fresnay-le-Buffard - Jacques Le Marois, la course majeure du Meeting de Deauville Barrière, en devançant Goldikova, alors la meilleure jument française en activité.
 
Parmi ses chevaux marquants, il faut aussi citer Dunaden, lauréat de l’édition 2011 de la Melbourne Cup, la plus grande course d’Australie, et du Hong Kong Vase, deux épreuves de niveau Groupe 1. Flotilla lui offre en 2012 une victoire dans lea Breeders’ Cup Juvenile Fillies Turf, un Groupe 1 couru cette année-là à Santa Anita (États-Unis). Elle confirmera l’année suivante en remportant la Poule d’Essai des Pouliches, autre Groupe 1, et autre course classique.
 
Mikel Delzangles et le Qatar Prix de l’Arc de Triomphe : L’entraîneur cantilien a déjà eu un partant dans le Qatar Prix de l’Arc de Triomphe, en 2012 (Kesampour, non placé). Cette année, il alignera Bubble Gift, qui défend la casaque de Zak Bloodstock.
 
Cette entité a été créée par Zakaria Hakam, homme d’affaires marocain, et a été reprise par son épouse, Mouna Bengeloun, après son décès. Bubble Gift a remporté le Qatar Prix Niel (Groupe 2), la préparatoire de référence pour les chevaux de 3 ans, gagnant ainsi son ticket pour la grande course. Ce succès a fait suite à un beau printemps, couronné par une victoire dans le Prix Hocquart.
 
#QPAT
 

Kit média du Qatar Prix de l’Arc de Triomphe (dossier de presse, communiqués, photos libres de droits pour les médias…) ICI