DEAUVILLE – LUNDI 1er JUIN 2020
VICTOR LUDORUM SACRÉ DANS L’EMIRATES POULE D’ESSAI DES POULAINS
 

02/06/2020
Victor Ludorum, grand favori de l’Emirates Poule d’Essai des Poulains, a répondu présent sur la ligne droite deauvillaise. Le poulain appartenant à Godolphin et entraîné par André Fabre a dominé avec autorité The Summit. Les deux s’étaient déjà rencontrés le 11 mai lors du Prix de Fontainebleau (Groupe 3) : The Summit s’était imposé, alors que Victor Ludorum, trop brillant, s’était contenté de la troisième place.
Alson, autre atout d’André Fabre, prend la troisième place, alors qu’il effectuait sa rentrée.
Victor Ludorum offre une première Poule d’Essai des Poulains à son jockey, Mickaël Barzalona, qui pilote en priorité les représentants Godolphin. Pour André Fabre, il s’agit d’une huitième victoire dans ce classique. La casaque Godolphin brille quant à elle pour la cinquième fois dans ce Groupe 1, après les succès de Persian King, Shamardal (le père de Victor Ludorum), Bachir et Vettori.
 
L’arrivée
1er       VICTOR LUDORUM     M. Barzalona
            (Shamardal & Antiquities, par Kaldounévées)
            Propriétaire : Godolphin SNC
            Éleveur : Godolphin
            Entraîneur : A. Fabre
2e        THE SUMMIT  O. Peslier
            (Wootton Bassett & Acola, par Acetenango)
            Propriétaire : Mme Jacques Cygler
            Éleveur : SARL Jedburgh Stud
            Entraîneur : H.-A. Pantall
3e        ALSON V. Cheminaud
            (Areion & Assisi, par Galileo)
            Propriétaire : Baronne Corinna Von Ullmann
            Éleveur : Gestüt Schlenderhan
            Entraîneur : A. Fabre
Écarts : 1,5- ENC. - 3/4
Temps : 1’34’’14
État du terrain : bon souple (3,3)

 
Les réactions des professionnels
 
Mickaël Barzalona, jockey de Victor Ludorum (1er)
« Il remet les pendules à l’heure. Sa course de rentrée lui a fait beaucoup de bien. Il a fait un canter d’essai “de première”, alors qu’il fallait aller tout au bout de l’hippodrome ! Il peut être spécial avant la course, même s’il est très professionnel une fois que les boîtes s’ouvrent. Pendant la course il s’est montré un peu froid. Je voulais le monter pour lui. J’étais parti pour avancer, mais il s’est mis dans sa bulle puis il a tout fait en progression. Il ne gagnera jamais de loin mais j’avais de la marge. Il a de l’aisance, de l’action. Il sait exactement comment mettre la gomme ! »
 
Lisa-Jane Graffard, représentante en France de Godolphin, propriétaire de Victor Ludorum (1er)
« J'ai trouvé qu'il avait montré un vrai éclair de classe ! Comme il l’avait fait à 2 ans… C'est un formidable travail de toute l'équipe : je pense que beaucoup de gens ont suivi la course à la télévision et sont très émus. Mickaël Barzalona a dit que le poulain a vraiment été très bien mentalement. Avant la course, le plan a toujours été le Prix du Jockey Club. Ceci étant dit, il montre beaucoup de classe sur 1.600 mètres aujourd'hui : cela peut lui ouvrir d'autres options. Nous n'allons pas faire de plan tout de suite et attendre de voir comment il rentre. Ensuite, André Fabre en discutera avec Son Altesse le cheikh Mohammed Al Maktoum. C'est vraiment formidable : nous avions rêvé tout l'hiver et lors de sa rentrée, le retour à la réalité fut un peu dur ! Mais, dans le Fontainebleau, c'était un retour en piste et il avait besoin de cracher son feu, dans des conditions particulières. André Fabre sait parfaitement comment amener un cheval vers un objectif. »
 
Henri-Alex Pantall, entraîneur de The Summit (2e)
« The Summit court vraiment très bien. À 300 mètres du but, il semblait plafonner, mais il a réussi à redémarrer. Mais quand le gagnant est venu, cela l'a fait repartir. Nous sommes tombés sur meilleur. Avec des budgets raisonnables, Monsieur Cygler connait une belle réussite. Presque tous les ans, il tombe sur un cheval qui sort de l'ordinaire. C'est formidable. Son courtier Paul Nataf fait parfaitement son travail. Concernant la suite de son programme, je ne pense pas qu’il fera beaucoup plus long que 1.600 mètres. »
 

 
EMIRATES POULE D’ESSAI DES POULICHES
DREAM AND DO CONTINUE DE FAIRE RÊVER SON ENTOURAGE
 
Quelle superbe lutte à l’arrivée de l’Emirates Poule d’Essai des Pouliches ! Dream and Do et Speak of the Devil n’ont été départagées que d’un nez au passage du poteau. La victoire est revenue à Dream and Do, qui offre un premier Groupe 1 à son entraîneur, Frédéric Rossi (basé à Calas-Cabriès, dans la région marseillaise), et à son propriétaire-éleveur, le Haras du Logis Saint Germain en Normandie, appartenant à Olivier Carli. C’est une première Poule d’Essai des Pouliches pour son jockey, Maxime Guyon.
 
Dream and Do, qui s’était classée proche deuxième du Prix de la Grotte (Groupe 3) pour sa rentrée, s’est montrée très courageuse pour résister jusqu’au bout à l’attaque incisive de Speak of the Devil, qui ne comptait que deux sorties à son actif avant ce lundi. Mageva, entraînée par Fabrice Chappet comme Speak of the Devil, se classe troisième, deux longueurs plus loin. La favorite Tropbeau doit se contenter de la quatrième place.
 
L’arrivée
1re       DREAM AND DO         M. Guyon
            (Siyouni & Venetias Dream, par Librettist)
            Propriétaire : Haras du Logis Saint Germain
            Éleveur : Haras du Logis Saint Germain
            Entraîneur : F. Rossi
2e        SPEAK OF THE DEVIL  C. Demuro
            (Wootton Bassett & Moranda, par Indian Rocket)
            Propriétaire : Rashit Shaykhutdinov
            Éleveur : H. Viallon
            Entraîneur : F. Chappet
3e        MAGEVA         S. Pasquier
            (Wootton Bassett & Melilot, par Elusive City)
            Propriétaire : A. Gilibert, H. Guy, G. Barbarin & B. Chalmel
            Éleveur : EARL Haras de Saint James
            Entraîneur : F. Chappet
Écarts : NEZ - 2 - TÊTE
Temps : 1’35’’68
 
État du terrain : bon souple (3,3)
 
 
 
Les réactions des professionnels
 
Frédéric Rossi, entraîneur de Dream And Do (1re)
« Deauville est un champ de courses qui me porte bonheur ! J’adore venir ici. C’est mon premier Groupe 1, et c’est une grande émotion. Dream and Do est une championne. Comme à chaque fois avec elle, la course s’est passée comme dans un rêve. La distance des 1.600 mètres, c’est le bout du monde pour elle, mais Maxime Guyon l’a montée aux petits oignons. Je vais en discuter avec son propriétaire, mais je ne pense pas que nous irons sur le Prix de Diane Longines. Nous risquerions de lui faire mal. »
 
Maxime Guyon, jockey de Dream And Do (1re)
« Je suis super content ! la dernière fois, dans le Prix de la Grotte, c’est moi qui la perds, car je suis venu un peu tôt. 1.600 mètres, c’est son maximum. Elle a un gros changement de vitesse. Elle a une pointe brève, mais elle accélère vraiment très fort. »
 
Cristian Demuro, jockey de Speak Of The Devil (2e)
« Je pensais venir gagner. Elle a mis un peu de temps à s’équilibrer et a enclenché vraiment à quelques mètres du poteau. Je pense que j’ai poussé la gagnante ! »
 
Fabrice Chappet, entraîneur de Speak Of The Devil (2e) et Mageva (3e)
« Être battu d'un nez, ce n'est pas facile. Les pouliches étaient bien. Cette course était leur objectif. Après avoir fait une bonne rentrée, elles prouvent qu'elles sont de ce bois-là. Mageva avait un mauvais numéro et elle a été obligée de subir, avant de signer une très belle fin de course. Tout comme Speak of The Devil, laquelle peut parfois se révéler brillante. Après avoir patienté, elle s'est retrouvée un peu loin. Elle ne fait qu'avancer pour finir pour finalement être battue du minimum après une très belle fin de course. Nous allons prendre le temps de réfléchir à leur avenir. »
 
 
 
LIEN VERS PHOTOS LIBRES DE DROITS : https://we.tl/t-wFjwJ5GehD