L’allemand Torquator Tasso remporte la 100e édition du Qatar Prix de l’Arc de Triomphe

03/10/2021
PARISLONGCHAMP, 3 OCTOBRE 2021
QATAR PRIX DE L’ARC DE TRIOMPHE (GROUPE 1)



Énorme surprise dans la 100e édition du Qatar Prix de l’Arc de Triomphe avec la victoire du poulain allemand Torquator Tasso, piloté par le jockey Rene Piechulek, 34 ans, qui montait pour la première fois cette course.  Torquator Tasso est venu tout à la fin dominer la favorite Tarnawa, associée au jockey Christophe Soumillon, alors que les deux représentants Godolphin, Hurricane Lane et Adayar pointent à la troisième et à la quatrième place. Sealiway est le premier cheval entraîné en France de ce classement. Il occupe la cinquième place.
 
Torquator Tasso avait gagné son ticket pour ParisLongchamp quand il a remporté le 5 septembre dernier le Grosser Preis von Baden en Allemagne.
 
C’est la troisième victoire au niveau Groupe 1 du jockey Rene Piechulek et de l’entraîneur Marcel Weiss. Marcel Weiss, l’entraîneur du cheval, travaille depuis quatorze ans pour le propriétaire de Torquator Tasso, le Gestüt Auenquelle, propriété de Peter Michael Endres et Karl-Dieter Ellerbracke.
Il n’est devenu leur entraîneur qu’en novembre 2019, après avoir été l’assistant de Jens Hirschberger. C’est le premier Groupe 1 en dehors de l’Allemagne pour cette casaque historique.
 
Le dernier succès allemand dans l’épreuve reine remonte à 2011, avec Danedream, qui avait elle aussi remporté le Grosser Preis von Baden avant d’être sacrée à ParisLongchamp.
 
 
 
CE QU’ONT DIT LES ENTOURAGES
 
Marcel Weiss (entraîneur de Torquator Tasso, 1er)

« Je n’ai pas de mots. Je n’arrive pas à croire que j’ai gagné. J’ai commencé à penser à l’Arc pendant l’hiver car il avait déjà montré de la classe à 3 ans. Il s’est très bien comporté cette année en remportant un Groupe 2 et un Groupe 1. Mais vu le plateau de cette 100e édition, nous aurions déjà été ravis d’être quatrième ou cinquième. Le terrain l’a aidé. Il a pu attaquer à l’extérieur comme nous l’avions prévu. J’entraîne depuis deux ans à Mulheim (Allemagne) mais ça fait de nombreuses années que je travaille pour le Gestüt Auenquelle. Les propriétaires de Torquator Tasso ont refusé des offres importantes pour le cheval et je suis ravi de pouvoir l’entraîner. C’est une star. Nous allons discuter la semaine prochaine de son programme futur, qui passera peut-être par le Japon. »

 
Rene Piechulek (jockey de Torquator Tasso, 1er)

« C’est la première fois que je monte l’Arc. C’était une grande chance et je remercie tout l’entourage du cheval. Je ne réaliserai que demain que j’ai gagné ! Je voulais être assez près de la tête quand on est entré dans la ligne droite. Il a une superbe capacité d’accélération et il l’a prouvé. »

 
Peter Michael Endras (copropriétaire de Torquator Tasso, 1er)

« C'est absolument incroyable. C'est la meilleure course au monde. Nous sommes éleveurs et nous avons acheté Torquator Tasso, comme nous le faisons de temps en temps, sur les conseils de notre entraîneur. Il avait déjà entraîné un bon Adlerflurg pour nous. Nous avons eu beaucoup de chance. »

 
Christophe Soumillon (jockey de Tarnawa, 2e)


« Je ne suis pas déçu, on a eu une super course. Nous n'avons pas à rougir : le gagnant a tourné en troisième épaisseur toute la course, il était devant moi tout au long de la ligne droite et me bat de trois-quarts de longueur. Si j'avais été battu d’un nez en étant malheureux dans la ligne droite, j'aurais pu être dégoûté, mais là, non. Je pense que le terrain était un peu trop collant pour Tarnawa. Elle est bien sortie des boîtes et nous avons eu une course de rêve. Dans la fausse ligne droite, je me suis dit que ça allait être un chocolat. Il a fallu que je décale à 300 mètres du poteau, et quand je suis venu pour prendre l'avantage, j'ai regardé à gauche et je me suis dit : "Mais c'est pas possible, d’où il vient celui-là ?" Je suis ravi de Tarnawa. Bravo à son équipe qui a fait un super travail. Elle n'a couru que deux fois cette année et venait de courir en bon terrain à Leopardstown. Elle a 5 ans, il n'y a rien à dire. J'espère qu'elle va avoir la chance de gagner une belle course à l'étranger avant la fin de la saison. C'est une superstar, elle est deuxième de l'Arc. Je pense qu'en terrain un peu moins collant, nous aurions joué un premier rôle aujourd'hui. »

 
Dermot Weld (entraîneur de Tarnawa, 2e) 

« Le terrain collant a fait la différence. La pouliche a eu un bon parcours à la corde et s’est retrouvée là où il fallait être. Elle n’a pas pu donner sa pointe de vitesse habituelle pour finir, il lui a manqué un petit quelque chose pour gagner et c’est dommage car toute sa préparation s’est déroulée à la perfection et j’étais vraiment très confiant. Pour la suite de son programme, j’en discuterai avec Son Altesse l’Aga Khan mais une tentative dans la Breeders’ Cup est possible. »

 
Charlie Appleby (entraîneur de Hurricane Lane, 3e et Adayar, 4e)

« Hurricane Lane a livré une très belle course. Il a fourni sa valeur comme d’habitude et il n’y a rien à lui rapprocher. Il fera un très bon 4 ans mais c’est déjà très bien ce qu’il a fait cette saison. 
Adayar est bien parti, même trop, et il s’est retrouvé très tôt devant, alors qu’il aime bien avoir un cheval devant lui, en ligne de mire. Quand il a placé sa pointe de vitesse il a pris l’avantage mais à la fin il a baissé de pied. C’est difficile dans un terrain collant de partir de loin. Je pense qu’il restera à l’entraînement à 4 ans et il sera à son aise sur les distances entre 2.000 et 2.400 mètres.
 »

 
Cédric Rossi (entraîneur de Sealiway, 5e)

« On ne peut qu'être satisfait d'une telle rentrée ! À l'entrée de la ligne droite, nous avons pensé que cela pouvait être encore mieux, mais il a tout de même fourni une superbe fin de course. Avant le coup, on aurait pu penser que Sealiway allait manquer d'une course. Une chose est sûre, c'est que cette cinquième place nous montre que l'on a bien travaillé (rires).  À présent, il est évident que l'on peut rêver de tenter notre chance dans la Breeders' Cup Turf. »

 
Pauline Cheboub (copropriétaire de Sealiway, 5e)

« Ce qui est génial, c'est que c'est un poulain qui va monter sur cette course. Il a eu un énorme break entre le Prix du Jockey Club et aujourd'hui, mais c'est un cheval exceptionnel. Il a été le meilleur 2 ans français et c'est désormais le meilleur 3 ans en France ! Je ne cache pas que cela n'a pas été simple de le préparer pour une telle course, car nous sommes une jeune équipe. Son jockey, Franck Blondel, le connaît par cœur étant donné qu'il le monte tous les matins. Nous allons le revoir cette année. Cela sera soit dans la Breeders'Cup Turf soit à Ascot. »

 
Boucle vidéo libre de droits (crédit France Galop) : https://we.tl/t-AYeHdabQ7x
 
Replay de la conférence de presse : https://youtu.be/_1AjJ81I4AE
 
Vidéos des caméras embarquées du Qatar Prix de l’Arc de Triomphe :