Mardi 3 avril 2018

Réunion du Comité de France Galop

Les membres du Comité de France Galop se sont réunis mardi 3 avril 2018 sur l’hippodrome de ParisLongchamp.

Le président Edouard de Rothschild a accueilli les membres du Comité avec un point d’étape au cours duquel il a pu exposer la teneur des échanges avec les représentants de l’État, à l’Elysée en février puis à Bercy en mars, et leur possible effet sur l’action des pouvoirs publics dans le domaine des jeux et de la filière hippique en particulier. À l’écoute et impliqué, l’État s’est déclaré favorable à une action conjuguée pour que l’institution des courses toute entière se mette en ordre de marche sans devoir entamer à nouveau le budget des allocations.

Activité et optimisation des paris

À l’issue d’un point sur l’activité des paris sur janvier et février, Pierre Laperdrix, chargé de mission auprès de la direction des programmes de France Galop, a complété cette analyse et pu éclairer l’assistance sur les bénéfices de l’optimisation des programmes et des calendriers déjà à l’œuvre. Les études réalisées sur ce sujet estiment à 40 millions d’euros la quantité d’enjeux annuels au trot et au galop issus directement de cette pratique, qui vise à mieux placer les courses au sein des réunions selon les créneaux horaires, le nombre des partants et les catégories.

Le bilan de cette méthode au dernier meeting de plat de Cagnes-sur-Mer a permis d’afficher un progrès moyen de 10 000 € d’enjeux par course alors que le nombre moyen de partants est en recul, comme le chiffre d’affaires des Quintés+, qui favorisent grandement le recyclage.

Ces optimisations mises en œuvre par France Galop témoignent aussi de l’importance des bénéfices que supposent la participation d’un 8ème partant, quelles que soient les chances de succès. En déclenchant la mise en vente de plus nombreux paris, ce 8ème partant stimule toute l’activité.

Réouverture de ParisLongchamp

La réouverture de ParisLongchamp a lieu dans cinq jours. Un point complet sur la situation a été fait. Les membres du Comité ont d’ailleurs pu suivre une visite du site après la réunion.

Le budget du projet s’affine alors que le poteau d’arrivée approche, et tout semble indiquer que le plafond de 140 millions d’euros ne sera pas dépassé.

Les deux marches à blanc des 21 et 23 mars, puis le test sur l’open-stretch du 27 mars, ont permis de procéder efficacement aux derniers réglages et à de nombreux salariés et prestataires de prendre leurs marques sur le site.

Les conditions d’accueil, dimanche 8 avril et jusqu’à la grande journée d’inauguration, sont celles d’un équipement neuf qui reçoit du public pour la première fois.

Le Wifi fonctionne d’ores et déjà. En revanche, la réception en 4G dans les murs n’est pas encore optimale. Toutes les autorisations étaient obtenues lorsqu’au moment d’engager les travaux d’équipement, une autorité publique a opposé son véto, nécessitant de recourir en urgence à des dispositifs provisoires. La réception 4G doit monter en puissance progressivement au fil des prochaines semaines.

Un dispositif de restauration mis en place par notre nouveau partenaire à ParisLongchamp, Noctis, sera disponible au restaurant du Panorama jusqu’à l’ouverture de la brasserie proche du rond, le 29 avril.

Le partenariat France Galop-Noctis

Le partenariat avec Noctis a été présenté dans son ensemble. Son objectif est de faire venir de nouveaux publics aux courses hippiques, en transformant ParisLongchamp en « destination tendance de l’Ouest Parisien pour les courses et le divertissement ». Pour ce faire, Noctis proposera une restauration de qualité sur place, les jours de courses et les autres jours, pour faire du site un lieu de vie. France Galop et Noctis commercialisent ensemble les prestations aux clients entreprises, initient des activités de congrès et de séminaires, notamment dans le cadre de réunions de courses.

Noctis anime l’hippodrome toute l’année à travers des animations culturelles et festives dans le cadre du Village ParisLongchamp, qui regroupe les espaces qui ne sont pas exclusivement dédiés aux courses. La Guinguette, « évasion bucolique et champêtre » les week-ends de mai à octobre, et la Summer Stage, scène à ciel ouvert où se succèderont des concerts, des soirées thématiques, des séances de cinéma en plein air, etc., durant les beaux jours et certains jours de courses, sont les fers de lance de ces nouveaux événements pour ParisLongchamp.

Le détail du plan médias et du programme de l’inauguration a été présenté au Comité.

Élection du Président du Conseil juridictionnel

L’ordre du jour prévoyait aussi l’élection d’un nouveau président du Conseil Juridictionnel. Le Comité a élu Antoine-Audoin Maggiar, avocat, éleveur et propriétaire. Cette élection a fait l’objet d’un communiqué spécifique sur le site de France Galop.

Gestion des comptes professionnels via un établissement de paiement

France Galop a dû se mettre en conformité avec les instructions de l’Autorité de contrôle prudentiel et de régulation (ACPR) et recourir à un établissement de paiement agréé, dont elle est devenue l’agent, solution moins onéreuse et compliquée que l’agrément de France Galop. Au terme d’un appel d’offres, Webhelp (Groupe WPS) a été retenue pour permettre à France Galop de tenir en son nom des comptes professionnels. La mise en œuvre s’étalera sur toute l’année et elle sera transparente pour les usagers. La consultation des comptes et les demandes de virement se feront toujours dans l’extranet professionnel, le service des comptes professionnels reste le contact des socioprofessionnels pour toute réclamation.

Modifications au Code des courses au Galop

Plusieurs modifications au Code des courses au galop ont été validées par le Comité. Elles sont détaillées dans le document à télécharger en cliquant ici.

La plupart concernent des modifications de formulation relative à la mise en conformité auprès de l’ACPR (lire plus haut). Les plus importantes sont :

Simplification de la procédure d’agrément : il n’est plus fait mention d’un niveau de revenus minimum pour recevoir un agrément, mais de « ressources financières jugées satisfaisantes par les commissaires de France Galop ».

Qualification dans un handicap support de paris nationaux : pour être qualifiable dans ces épreuves, un cheval devra avoir été classé dans les huit premiers (et non plus sept premiers) d’une course Premium, ou seulement une fois (et non plus deux) dans les cinq premiers sur un hippodrome classé en 1ère catégorie ou à un niveau supérieur, ou dans les quatre premiers (et non plus trois premiers) sur un hippodrome de 2ème catégorie.

Augmentation du plafond de victoires comme apprenti ou jeune jockey : « Dans le cadre des discussions en fin d’année 2017 sur le bilan de la remise de poids des femmes-jockeys, les membres du Conseil du Plat ont souhaité que les plafonds de victoires entraînant un changement de catégorie pour un apprenti ou un jeune jockey soient augmentés. »

« Le nombre de victoires au-delà duquel un apprenti ou un jeune jockey perdrait son statut en plat passe de 69 à 85. »