Jeudi 31 mai 2018

Qipco Prix du Jockey Club Informations et actualités
J-3

Olmedo, pour un doublé classique

Olmedo a remporté le 13 mai dernier l’Emirates Poule d’Essai des Poulains, le premier classique français pour les mâles. Il tentera de réaliser le doublé classique en ajoutant le Qipco Prix du Jockey Club à son palmarès. Depuis que le Derby français a été transféré sur 2.100 mètres, en 2005, trois chevaux ont réalisé pareil exploit : Brametot l’an passé, entraîné comme Olmedo par Jean-Claude Rouget, Lope de Vega en 2010, et Shamardal en 2005.

Fabrice Chappet, l’irrésistible ascension

Fabrice Chappet sera l’entraîneur français le plus représenté avec trois partants : Intellogent, Dice Roll et Stable Genius. C’est la première fois que le Cantilien prend part au Qipco Prix du Jockey Club. Il a connu une ascension fulgurante ces dernières années, et a remporté l’an dernier son premier classique, grâce à Précieuse, lauréate de l’Emirates Poule d’Essai des Pouliches.

Pascal Bary, pour rejoindre Alain de Royer Dupré

Alain de Royer Dupré est l’entraîneur en activité le plus titré dans le Qipco Prix du Jockey Club, avec six victoires. Mais il n’aura pas de partant cette année, et Pascal Bary, qui le suit avec cinq succès, peut revenir au score. Surtout qu’il aura deux atouts d’importance : Study of Man, impressionnant gagnant du Prix Greffulhe (Groupe 2), et Naturally High, un représentant de Jean-Louis Bouchard en pleine ascension.

Aidan O’Brien, pour briser le signe indien

Aidan O’Brien a établi l’an dernier le record mondial de succès en une année dans les Groupes 1, avec le score impressionnant de 28 victoires. Mais un Groupe 1 lui échappe encore… Et il s’agit du Qipco Prix du Jockey Club ! Aussi incroyable que celui puisse paraître, l’Irlandais en charge des effectifs de la multinationale Coolmore n’a encore jamais gagné le « French Derby ». Cette année, il délègue quatre chevaux : Rostropovich, Hunting Horn, Flag of Honour et Kenya.

LE PRO DU JOUR : quelques questions à Pascal Bary

Pascal Bary : « Study of Man et Naturally High ont eu une préparation parfaite »

Pascal Bary compte déjà cinq succès dans le QIPCO Prix du Jockey Club comme entraîneur. Dimanche, il aura deux atouts pour ajouter une sixième victoire à son palmarès, et ainsi rejoindre Alain de Royer Dupré.*

Vous présentez dimanche deux poulains au départ du QIPCO Prix du Jockey Club. Qui est votre préféré ?

Study of Man et Naturally High sont bien, ils ont eu une préparation parfaite et possèdent la qualité pour briller. Le terrain leur est indifférent, les deux ont gagné dans le lourd mais ils préfèrent un bon terrain. Sauf catastrophe, le terrain sera, au pire, souple dimanche. Lequel je préfère ? Je n’aime pas établir un classement entre mes chevaux avant une course…

Quelle est la force de Study of Man ?

C’est un super poulain, qui possède une grande accélération et, de plus, il est très calme, facile dans un parcours. Il a eu un bon chemin vers le Jockey Club. Il a été battu lors de sa rentrée dans le Prix La Force parce qu’il n’était pas encore très affûté et il s’est promené dans le Prix Greffulhe. Il n’a pas eu des courses dures, ce qui est à la fois un avantage et un désavantage.

Naturally High peut-il rivaliser avec lui ?

Naturally High est un poulain très fort et il n’a mal couru qu’une seule fois, lors de ses débuts. Ce n’est pas sa faute, mais la mienne, car je l’ai débuté beaucoup trop tôt. Ses deux courses cette année ont été impressionnantes. En dernier lieu, il a refait le peloton. Je lui vois une belle chance. 

De vos cinq précédents lauréats de Jockey Club, quel était le meilleur ?

En classe pure, Sulamani (gagnant en 2002) était le meilleur. Il n’a été battu dans le Prix de l’Arc de Triomphe, au mois d’octobre suivant, qu’à l’issue d’une course cauchemardesque.

*Alain de Royer Dupré est l’entraîneur le plus titré de la course encore en activité… mais il n’a pas de partant cette année.