Dimanche 4 juin 2017

QIPCO PRIX DU JOCKEY CLUB 2017
RESULTATS ET REACTIONS

LE POULAIN FRANÇAIS BRAMETOT REMPORTE

LE QIPCO PRIX DU JOCKEY CLUB,

TROIS SEMAINES APRÈS SON SUCCÈS DANS

L’ABU DHABI POULE D’ESSAI DES POULAINS

Lauréat de l’Abu Dhabi Poule d’Essai des Poulains (Groupe 1), le poulain français Brametot s’est imposé dans le QIPCO Prix du Jockey Club (Groupe 1), 3ème étape du championnat EpiqE Series, ce dimanche à Chantilly.

Associé au jockey italien Cristian Demuro, Brametot, qui est parti doucement comme à son habitude, avait encore beaucoup de terrain à combler sur les premiers à l’entrée de la ligne droite. Venu à l’extérieur, il a doublé ses rivaux un à un pour finalement prendre une courte tête d’avance à Waldgeist et son jockey Pierre-Charles Boudot au passage du poteau. Recoletos et Olivier Peslier complètent le podium.

Le trio de tête est entraîné en France, puisque Brametot est entraîné à Pau par Jean-Claude Rouget, qui conserve son titre. Il avait remporté cette course l’an dernier avec le crack Almanzor. Waldgeist et Recoletos sont tous les deux entraînés à Chantilly, le premier par André Fabre, le second par Carlos Laffon-Parias.

Brametot appartient en association à Al Shaqab Racing, dont la casaque remporte pour la première fois cette course, et à Gérard Augustin-Normand, gagnant du Prix du Jockey Club en 2009 avec Le Havre.

Depuis 2005, date du passage du QIPCO Prix du Jockey-Club sur 2.100m, seuls deux chevaux avant Brametot avaient réussi le doublé « Poule d’Essai – Prix du Jockey Club » : il s’agit de Shamardal, en 2005, et Lope de Vega, en 2010.

LES RÉACTIONS

Jean-Claude Rouget, entraîneur de Brametot (1er)

« C’est énorme, énorme ! Comme dans la Poule d’Essai, nous battons un pensionnaire d’André Fabre, qui est une référence pour notre métier. J’ai failli ne pas courir cette course, mais Churchill m’a fait peur dans les St James’s Palace Stakes. Nous avons donc tenté, mais entre tenter et réussir, il y a une différence ! C’est d’autant plus beau après le virus qui a touché l’un des mes barns. Nous avons eu la chance que ni Brametot ni Mekhtaal ne soient dans ce barn. Le poulain va prendre du repos cet été et nous n’avons pas encore d’objectifs précis pour l’automne. » 

Cristian Demuro, jockey de Brametot (1er)

« Je crois qu’il est allé encore plus vite que La Cressonnière dans la ligne droite ! Il est parti mollement, comme d’habitude, et j’ai eu un peu de mal à suivre. J’ai même été pris de vitesse dans le tournant, mais ensuite il a fini très fort. C’est un cheval très dur, très fort, un vrai cheval de Groupe 1. Il me donne l’impression qu’il pourra tenir 2.400 mètres. »

Dietrich Von Boetticher, copropriétaire et le coéleveur de Waldgeist (2e)

« C’est une superbe performance. Il a couru de manière très sérieuse et n’a été battu que de peu, tout à la fin. Il nous a montré qu’il serait meilleur sur plus long. Sa prestation est aussi bonne que nous l’espérions. Il est de mieux en mieux physiquement et ne va aller qu’en s’améliorant. Il correspond à l’ambition classique du Gestüt Ammerland. Nous élevons des chevaux capables d’aller sur 2.400m. Le Derby d’Irlande est une possibilité. Le Qatar Prix de l’Arc de Triomphe aussi. En Europe, les chevaux capables d’aller sur 2.400m ont de nombreuses opportunités. C’est un poulain auquel je crois beaucoup. »

Carlos Laffon-Parias, entraîneur de Recoletos (3e)

« Recoletos a très bien couru. Il est mal parti et il s’est montré un peu allant car ils ne sont pas allés vite. Il n’a pas pu trouver un dos et il en a fait un peu trop. À ce niveau, lorsque l’on en fait un peu trop, on le paye à la fin. Nous sommes battus par un très bon cheval et le deuxième avait fait une bonne rentrée derrière Recoletos. Son jockey l’avait respecté et il avait eu une vraie préparatoire. Je pensais que Brametot et Waldgeist étaient les deux chevaux à battre. Maintenant, nous allons arrêter un peu Recoletos et il ne reviendra pas avant le Prix Guillaume d’Ornano (Groupe2, qui se dispute au mois d’août à Deauville) au plus tôt. »