Lundi 12 février 2018

Nouvelle doctrine du jugement des gênes, ParisLongchamp et programme 2018 au Conseil d’administration de France Galop

La réunion mensuelle du conseil d’administration de France Galop s’est déroulée lundi 12 février au siège à Boulogne-Billancourt.

L’ordre du jour couvrait notamment l’avancement du projet ParisLongchamp, l’affectation des enveloppes allouées par le Fonds Européen de l’Élevage, l’évolution du programme classique après la réunion annuelle de l’European Pattern Committee, l’application de la nouvelle doctrine du jugement des gênes en courses et sa validation, et l’adhésion de France Galop à une nouvelle gouvernance pour la filière.

Harmonisation des dispositions sur le jugement des gênes en course : Présentation de la nouvelle doctrine

À partir du 31 mars prochain, les commissaires de tout le pays devront appliquer une nouvelle doctrine sur le jugement des gênes dans les courses au galop. Les nouvelles dispositions internationales ont été rédigées dans le cadre d’une large concertation menée par la Fédération internationale des autorités hippiques (FIAH), au terme de laquelle le Conseil d’administration de France Galop les a ratifiées.

Cette nouvelle doctrine, rendue nécessaire par l’accentuation sur le plan international d’une tendance privilégiant le résultat sportif plutôt qu’une arrivée théorique, s’articule autour de deux principes :

  • La rétrogradation d’un concurrent n’interviendra que si ce concurrent empêche un adversaire de le devancer, non plus seulement s’il le prive d’une allocation ou d’une meilleur allocation.
  • À la demande de la France, il est néanmoins prévu que si la monte du jockey du concurrent responsable de la gêne est considérée comme dangereuse, le concurrent incriminé pourra également être rétrogradé derrière le gêné –comme aujourd’hui- ou distancé. Si la monte n’est pas considérée comme dangereuse, alors la nouvelle doctrine s’impose, c’est-à-dire que le gêneur n’est rétrogradé que s’il a empêché le gêné de le devancer.

Ces dispositions vont être très prochainement appliquées en Allemagne et elles sont en cours de traitement chez nos principaux voisins. Elles sont actuellement présentées dans toutes les sessions de formation continue des commissaires à travers le territoire.

Un point sur ParisLongchamp

Un point détaillé de l’avancement des travaux post-réception du chantier et de la gestion des réserves par Bouygues a été fait. La situation budgétaire est inchangée à ce jour.

L’appel d’offres concernant la restauration et la commercialisation des espaces est en cours de finalisation. La désignation du candidat vainqueur sera annoncée à la fin de la semaine prochaine, autour du 26 février.

L’objectif est toujours d’ouvrir ParisLongchamp dès le dimanche 8 avril avec notamment au programme les Prix d’Harcourt et La Force. Cependant, à l’occasion des premières réunions préalables à l’inauguration, certains équipements ne seront pas complétement opérationnels, sans que cela puisse porter préjudice au bon déroulement des courses.

Tout doit être en place pour l’inauguration de ParisLongchamp, fixée au dimanche 29 avril.

Auparavant, deux réunions-test, à huis clos car purement techniques, sont programmées les mercredi 21 et vendredi 23 mars, suivies par une troisième journée de tests en présence des professionnels, qui pourront notamment assister aux essais de l’open-stretch mise en place au début de la ligne d’arrivée.

Revalorisations du programme de sélection français

Chargé d’harmoniser et de valider les programmes de sélection européens, l’European Pattern Committee, réuni au Curragh en Irlande le 17 janvier dernier avec la participation pour France Galop de son président Edouard de Rothschild et de Henri Pouret, directeur des courses, a consacré plusieurs choix du programme de plat 2018. Ces changements ont fait l’objet d’une précédente communication.

Pour mémoire, plusieurs promotions d’épreuves ont été actées par le Committee. Ainsi, le Prix du Calvados, qui se court en ligne droite, sera désormais un Groupe 2 tandis que le Prix Six Perfections, également disputé à Deauville sur 1 400m par des pouliches de 2 ans mais trois semaines plus tôt avec tournant, devient un Groupe 3.

Le Prix Belle de Nuit, course pour femelles de 3ans et au-dessus disputée le 27 octobre à Saint-Cloud, a été promu Groupe 3 en passant de 2 500m à 2 800m. En outre, une Listed-race baptisée Prix Gold River a été créée à Longchamp le 3 mai avec des conditions similaires.

Rappelons également que 48 courses de Groupe et 24 Listed-races retrouvent ParisLongchamp ou s’y installent cette année à la faveur de l’inauguration du nouvel hippodrome. L’allocation du Prix Ganay (Gr1) passe de 300 000 € à 600 000 € de façon exceptionnelle, pour fêter l’inauguration de ParisLongchamp. L’allocation du Prix Jacques le Marois-Haras de Fresnay-le-Buffard passe de 700 000 € à 1 million d’euros, et celle du Qatar Prix Vermeille de 350 000 € à 600 000 €. Le Prix Jacques Le Marois a bénéficié d’un soutien supplémentaire du Haras de Fresnay-le-Buffard, son partenaire historique. Ces trois hausses sont à mettre en regard de la baisse du taux de la Prime Propriétaire des courses de Groupe1, fixée à 25%, ce qui fait de ce programme le principal contributeur à l’économie globale des encouragements cette année.

Le Qatar Racing & Equestrian Club (QREC) augmente aussi sa contribution au week-end du Qatar Prix de l’Arc de Triomphe et alloue 500 000 € supplémentaires au programme de ce dimanche d’exception.

716 000 € de primes distribués sur le budget du Fonds Européen de l’élevage

Le projet de budget présenté par la commission française du Fonds Européen de l’Élevage, principalement alimenté par les cotisations des étalonniers, a été validé par le Conseil. Il s’élève cette année à 916 178 € dont 716 000 € ont été inscrits au budget en règlement des primes prévues.

Le mode de distribution prévoit en 2018 de reprendre les modalités effectives des primes de l’an dernier (10% de l’allocation versée aux trois premiers, soit 217 000 €) pour les courses d’inédits de 2 et 3 ans dont la dotation est au moins de 25 000 € en Région Parisienne, et pour les courses à conditions Classe 2 en Régions et sur les pôles nationaux et régionaux. En outre, 12 000 € de primes seront répartis entre les trois premières de 9 Listed-races (8 en 2017) pour juments de 4ans et plus dotées chacune de 48 000 €, à savoir les Prix Zarkava, Maurice Zilber, Urban Sea, de la Calonne, de la Pépinière, Luth Enchantée, Dahlia et Gold River, ainsi que le Grand Prix de Clairefontaine. 8 000 € de primes seront aussi répartis entre les trois premières de 5 listed-races de femelles âgées de 3ans et plus et dotées de 52 000 € : les Prix de la Cochère, des Tourelles, Panacée, Casimir Delamarre et Isola Bella.

Enfin, le Critérium du Fonds Européen de l’Élevage, Restricted Listed pour 2ans disputée le 18 août à Deauville, est dotée de 122 000 €, comme l’an dernier.

Pour ce qui concerne l’obstacle, l’enveloppe sera distribuée sous forme de primes de 5 000 €, 6 000 € ou 10 000 € dans 13 courses, avec la création d’une prime de 6 000 € dans une course de femelles en Région.

Le 6 février dernier au Sénat, à l’invitation de la Sénatrice Anne-Catherine Loisier et de la nouvelle présidente du Groupe Cheval à l’Assemblée Nationale, Martine Leguille-Balloy, France Galop s’est joint aux quatre autres organismes représentatifs de la filière équine française, à savoir Le Trot, la Fédération française d’équitation (FFE), la Société hippique française (SHF) et la Société française des équidés de travail (SFET) pour organiser la gouvernance de la filière équine et promouvoir ainsi d’une seule voix ses intérêts communs sous l’enseigne de « Filière Cheval » ou FC.

Cliquer ici pour lire le communiqué du GESCA consacré à cette création.

Edouard de Rothschild interpelle la tutelle à propos de la mission interministérielle sur le statut des jockeys

En fin d’année dernière, les négociations sur le statut social des jockeys étant au point mort, les ministères de tutelle ont proposé la mise en place d’une mission conjointe réunissant l’Inspection générale des affaires sociales, l’Inspection générale des Finances et le Conseil Général de l’Alimentation, de l’Agriculture et des espaces ruraux. Soucieux de l’aboutissement de ce dossier dans les meilleurs délais, Édouard de Rothschild s’est inquiété des travaux de cette mission auprès du représentant du Ministère de l’Agriculture siégeant au Conseil d’administration.

Le Prix The Fellow devient Prix Marquise de Moratalla

Disparue en 2017, la Marquise de Moratalla a fait partie des plus grands propriétaires du galop français, tant en plat que sur les obstacles, mais c’est dans cette dernière discipline que le Conseil d’Administration a voulu lui rendre hommage en rebaptisant le Prix The Fellow (Gr3), lauréat du Grand Steeple-Chase de Paris et de la Gold Cup à Cheltenham sous les couleurs de la grande éleveur-propriétaire, en Prix The Fellow-Marquise de Moratalla.

Agenda

À noter une nouvelle réunion du groupe de travail Trot-galop, demain mardi 13 février.

Vendredi à France-Galop, un conseil commun Plat-Obstacle a été l’occasion d’échanger sur des sujets marketing et commerciaux suite à des présentation sur le bilan et le plan d’actions du Marketing commun des courses (EpiqE series, EpiqE days, EpiqE tracking, etc) et les contenus du projet ParisLongchamp.

Le prochain Conseil d’administration de France Galop se réunit lundi 12 mars à 13h30 au siège de Boulogne-Billancourt.