Mardi 13 décembre 2016

Comité de France Galop du 13 décembre :
Bilan 2016 et prévisions 2017

Prévisions de résultats 2016

L’année 2016 au PMU est marquée par une nouvelle dégradation des enjeux d’environ 4,7% par rapport à 2015, ce qui se traduit par un résultat net probable de 790 M€, inférieur de 8 M€ au budget prévisionnel pour l’exercice 2016.

Le résultat de France Galop devrait lui ressortir à -33,5 M€, contre -45,9 M€ en 2015.

Budget 2017

Les membres du Comité de France Galop ont pris connaissance du budget 2017, lequel fut ensuite approuvé par le Conseil d’Administration. Dans un contexte extrêmement volatile, le résultat net de la société mère pourrait s’établir à -28 M€ en 2017, en amélioration de 5,4 M€ par rapport à 2016, sous réserve qu’un certain nombre de discussions en cours trouvent une issue favorable. Le déficit sera néanmoins de nouveau très important pour France Galop même si une légère amélioration est constatée par rapport à 2016.

Le PMU prévoit une croissance modérée de 1,2% des paris hippiques du fait d’un rebond d’activité sur internet (+5,5%) et à l’international (+5,9%). Les enjeux dans le réseau de points de vente sont attendus stables l’an prochain.  Avec des chiffres mieux orientés et des charges d’exploitation stables, le résultat net du PMU pourrait être en hausse de 4 M€ par rapport à 2016. C’est ce budget qui sera formellement soumis au vote de l’Assemblée Générale du PMU le mercredi 14 décembre. 

S’agissant de France Galop, le budget 2017 intègre l’effet des réformes entreprises sur le calendrier et le programme de courses ainsi que la mise en œuvre d’un plan d’économies intégrant notamment le transfert des réunions d’Enghien, la rationalisation des dépenses marketing, la réduction des frais d’organisation de réunions de courses et la baisse des frais de fonctionnement du Siège. Quoiqu’ambitieux, ce plan ne suffira pas.  Il s’agit donc d’aller plus vite et plus loin, tant sur l’activation des leviers de croissance qui sont entre les mains de la maison-mère que la recherche d’économies supplémentaires au niveau de l’Institution. C’est dans cet esprit que les administrateurs de France Galop ont choisi de maintenir les allocations au niveau de 2016. C’est un signal de soutien qu’ils ont souhaité ainsi envoyer aux acteurs du galop à un moment où ils sont fortement mis à contribution.

A l’issue du Comité et du Conseil d’administration, Edouard de Rothschild, Président de France Galop a constaté :

« Au niveau d’enjeux actuel et réalistiquement prévisible dans les années à venir, le galop est structurellement déficitaire d’une trentaine de millions d’euros par an. L’année 2017 doit donc impérativement être mise à profit avec LeTROT, le PMU et l’Etat pour remettre à plat le modèle des courses françaises. »