Dimanche 13 août 2017

5ème étape EpiqE Series : Prix du Haras de Fresnay-le-Buffard – Jacques Le Marois

Al Wukair arrache le succès dans le Prix du Haras de Fresnay-le-Buffard – Jacques Le Marois

La 5ème étape des EpiqE Series, qui avait pour cadre le Prix du Haras de Fresnay-le-Buffard – Jacques Le Marois, ce dimanche à Deauville, a été de loin la plus disputée depuis le début du championnat. Au passage du poteau, trois chevaux étaient sur la même ligne : Inns of Court, à l’extérieur, Al Wukair, au centre, et Thunder Snow, côté tribunes. Dans un dernier effort, Al Wukair, monté par le jockey Lanfranco Dettori et portant les couleurs d’Al Shaqab Racing, est parvenu à prendre un avantage minime à Inns of Court. Thunder Snow, qui a animé l’épreuve, a conservé la troisième place.

Les deux premiers sont entraînés par André Fabre, qui remporte son septième « Jacques Le Marois ». Il rejoint ainsi François Boutin, entraîneur de légende qui a également remporté sept fois ce que l’on considère comme la meilleure course sur le mile en Europe. Al Wukair remporte son premier Groupe 1, lui qui avait terminé troisième des 2.000 Guinées à Newmarket, en mai dernier. Un contretemps physique l’avait ensuite empêché de disputer le Qipco Prix du Jockey Club, autre étape des EpiqE Series. Il restait sur une deuxième place dans le Prix Messsidor.

LES RÉACTIONS DES ENTOURAGES

André Fabre, entraîneur d’Al Wukair (1er)

« Je suis content qu’Al Wukair ait gagné. Mais je l’aurais aussi été si la victoire était revenue à un autre de mes pensionnaires ! Al Wukair pourrait aller à Ascot sur 2.000 mètres. Je voudrais dire un mot au sujet de Gregory Benoist. Il avait monté le cheval de façon merveilleuse par le passé et je lui souhaite un prompt rétablissement. »

Rupert Pritchard-Gordon, représentant d’Al Shaqab Racing, propriétaire d’Al Wukair (1er)

« C’est génial. Après sa très belle course dans les Guinées, c’est vraiment sympa de le voir faire cela. Le Prix Messidor était une rentrée et Frankie Dettori avait respecté le poulain. Depuis quinze jours, son entraîneur était ravi d’Al Wukair. Le terrain un peu plus souple ne l’a pas dérangé. C’est un poulain qui pourrait être rallongé ; les Champion Stakes sont évoqués. Il sera intéressant de le revoir sur plus long car il montre qu’il sera encore mieux aussi. D’ailleurs, ce dimanche, il n’enclenche qu’à la fin. Heureusement que ce n’était pas 1.550 mètres ! »

Lanfranco Dettori, jockey d’Al Wukair (1er)

« Il est bien sorti de sa stalle aujourd’hui et le train n’a pas été soutenu pendant le parcours. André Fabre m’avait dit de patienter car il ne fait rien rapidement. J’ai décidé d’attaquer Christophe Soumillon à 250m du poteau. Il jouait, regardait ailleurs, et n’était pas du tout concentré donc j’étais obligé d’être un peu plus sévère. Quand Mickaël Barzalona est venu, il c compris qu’il était temps d’accélérer. Il a pris un coup de cravache de Christophe Soumillon sur la tête et je pense que cela l’a réveillé. Quand nous avons passé la ligne d’arrivée, je n’étais pas sûr d’avoir gagné, mais c’était une superbe victoire, et c’est un bon cheval. Le Jacques le Marois est l’une des meilleures courses en Europe. La pluie l’a aidé parce que je l’avais monté en terrain léger à Maisons-Laffitte et il n’avait pas trop aimé. »

Lisa-Jane Graffard, représentante de Godolphin, propriétaire d’Inns of Court (2e)

« Il court vraiment bien. Il n’y avait peut-être pas assez de train pour lui. Il a été sur le mors pendant tout le parcours. Mais il finit bien. Cela se joue au balancier. Il conclut très rapidement. Il confirme tout ce qu’il a montré avant. C’est un super cheval. »

Andreas Putsch, propriétaire de Trais Fluors (4e)

« La course a manqué de train pour lui. Le cheval a trouvé son rythme trop tard. Nous pensons le rallonger. »

Jean-Claude Rouget, entraîneur de Taareef (5e)

« Il a trop tiré dans cette course qui a manqué de rythme. »